bannière fine tout en haut de la navbar
logo de la caverne du junior

De l'infime fil de soie jusqu'à la toile ou les tribulations d'une dev en devenir

illustration de l'article

Auteur

La DevdelaToile

Publié le

14/04/2023

Mon aventure a commencé un jour de confinement, dans ce contexte si particulier que nous avons tous et toutes vécu en commun. Cela tombait bien. J'avais accumulé un an d'un travail anxiogène, j'y faisais sans cesse des vertiges et des crises de nausée, je dormais parfois douze heures d'affilées le week-end sans vraiment récupérer. Bref il m'a fallu du temps avant de comprendre et d'admettre que le burn-out était bien là.

Anciennement harcelée du début jusqu'à la fin de ma scolarité, solitaire ayant connue de longues phases d'isolement social et étant fortement introvertie, m'engager dans le monde du travail a été un parcours du combattant. Pourtant, j'ai essayé de me dépasser. Je me suis intéressée à des métiers tournés vers l'autre. J'ai été professeure des écoles, éducatrice, AESH, secrétaire médicale etc... enchaînant les CDD les uns derrière les autres. Et effectivement, j'ai beaucoup appris grâce à cela. Je me suis davantage ouverte, j'ai pris conscience que les autres vivaient aussi des souffrances, devaient se battre contre leur/s démon/s comme je le faisais avec les miens et avaient besoin d'être guidé. Réfléchir à comment les guider m'a donné des capacités d'écoute et de compréhension que je n'avais pas auparavant.

Néanmoins, peu importe le CDD, je ressentais comme un manque. Ce sentiment de décalage que j'éprouvais depuis jeune me suivait partout. Je restais incapable de me lier, de me sentir bien et apaisée avec mes collègues. Tous ces codes, tous ces détails auxquels il fallait que je fasse attention m'épuisaient. Plus les années passaient, plus les difficultés s'amplifiaient. Je finissais par me murer dans le silence dans de longues phases sans communiquer même dans ma vie personnelle. Je n'étais plus qu'un petit fil de soie transparent.

Il a fallu cet enfermement forcé durant le premier confinement pour que je prenne le temps de réfléchir non pas à ce que j'allais devenir, comme je le faisais initialement, mais à qui je voulais devenir, à qui j'étais et à ce que je pouvais mettre en place pour trouver une façon de vivre en alignement avec moi-même. Un soir j'ai pris une feuille et j'ai noté ce qui me passait par la tête.

J'ai compris que j'avais besoin de travailler chez moi. J'aime le calme et la tranquillité, travailler dans un cadre dans lequel je me sens sereine et disponible. Je ne voulais plus me consacrer totalement à l'autre. J'avais besoin de stimulations intellectuelles, de challenges et de réflexions dans mon quotidien. Je voulais avoir des objectifs vers lesquels marcher. C'était tout ce qui ressortait le plus de mes notes. Suite à cela, j'ai parcouru des MOOC (des modules de cours de niveau universitaire disponible gratuitement en ligne). Et parmi ceux-ci un était consacré à l'apprentissage de Python. Chaque module consistait à apprendre les bases et, à partir de celles-ci, de répondre à des problèmes algorithmiques pour créer des jeux par exemple.

J'ai rapidement accroché. Je me surprenais parfois à passer plus de six heures de ma journée dessus. Alors ça a fait son chemin dans ma tête. J'ai commencé à faire des recherches sur la programmation et le dev dans l'espoir de trouver des alternatives aux études universitaires pour apprendre à programmer et en vivre.

Alors je me suis tournée vers les bootcamps si souvent décriés. Peu m'importait, ma décision était prise et je comptais devenir dev de la façon qui convienne à ma situation et à ce que je souhaitais.

Se reconvertir n'est pas un choix simple. Ce n'est pas non plus un choix anodin. Il est le résultat de toute une réflexion et un processus qui demandent de l'énergie. C'est un vrai combat. Celui de devoir lutter contre ses doutes, de faire avec son histoire, de faire avec les moments de haut et les moments de bas. Ces moments durant lesquels on ne sait pas si on parviendra à poursuivre vers un chemin qui semble sans certitude. Quoi qu'il arrive, quels qu'en soit les raisons et les objectifs, il est légitime de le faire. Pour ma part, me reconvertir et surtout ne m'écouter que moi-même, ont été les meilleurs choix de ma vie.

J'ai assimilé mes premières bases chez Le Wagon. C'est là où j'ai commencé à apprendre à utiliser un terminal, à versionner mon code sur un répertoire Github à l'aide des commandes git et à mettre en place un projet en équipe. Néanmoins, après trois mois de bootcamp, je ne me sentais pas assez prête. Je n'avais pas encore bien assimilé toutes les notions et il me manquait une compétence qui me semblait nécessaire pour ma carrière de dev. Celle de savoir effectuer un travail de recherche et de se sortir d'un problème par soi-même, sans être dans la dépendance totale d'une aide extérieure. J'avais dans l'idée de devenir freelance. Il me fallait avoir plus de recul et d'autonomie.

Ce sont les raisons pour lesquelles j'ai décidé de me tourner vers la formation de développeur web chez Openclassrooms. La formation à distance, la présence d'un mentor une fois par semaine, la possibilité de communiquer avec une communauté et l'apprentissage libre par la mise en place de projets ont répondu à mes besoins. Ce sont durant ces mois où j'ai le plus appris. Ce sont durant ces mois que j'ai commencé à me créer mon "identité" de développeuse web. Je réfléchissais un peu plus à ce que j'utilisais. Je prenais le temps de tester et de me faire un avis, de lire aussi quelques articles sur les stacks et les sujets qui m'intéressaient. Mais j'ai surtout pris le temps d'explorer par moi-même.

Même si on lit un avis, un discours, un essai, un article etc... négatif sur une stack que l'on utilise ou que l'on envisage utiliser, ce n'est jamais une perte de temps d'essayer quand même. La principale source d'apprentissage et de compréhension passe par l'expérience personnelle. C'est comme cela que l'on assimile le mieux. Parfois il s'est avéré que mon choix n'était pas le bon et j'en choisissais un autre. Mais au moins je n'étais pas juste nourrie des mots d'une autre personne. C'est notre cheminement personnel. À nous de le construire de la manière dont nous le souhaitons.

Suite à quoi je me suis donc lancée directement en freelance ouvrant mon entreprise en septembre 2021. Peu importe que ce soit conseillé ou non par la majorité, j'ai essayé. Tout ce que j'ai voulu entreprendre dans ma vie, je l'ai fait même au risque que ça ne marche pas toujours, il y a quand même le potentiel de risque de réussir. Jusqu'en 2022, je suis parvenue à n'avoir que quelques missions et je n'ai malheureusement pas pu en vivre. Je tiens à souligner que l'année 2021 a été difficile, ça a été un moment flou durant lequel coder était compliqué. J'étais aux prises par ces doutes terribles qui vont et viennent pendant la reconversion et une vie personnelle chaotique. Je continuais de coder au mieux mais il y a des périodes durant lesquelles c'est plus dure.

On ne peut pas toujours être à 100%. Nous avons besoin de notre mental et s'il n'est pas parfaitement serein, il est normal de prendre un temps de pause pour redémarrer correctement et dans de bonnes conditions. Freiner un peu le temps de se rééquilibrer est parfois ce qu'il y a de mieux pour retrouver la force de continuer et de croire en notre réussite.

Fin avril 2022, je sortais d'une mission avec une startup. J'ai beaucoup appris durant ces trois semaines de mission en tant que freelance mais je ne suivais pas le rythme et ça me donnait le sentiment que je n'étais pas vraiment à la hauteur. J'ai donc aussi vécu cette expérience comme un échec. Il y a ces moments troubles où on se demande si on a vraiment fait le bon choix, si on vaut vraiment quelque chose et c'est d'autant plus terrible quand on aime énormément ce qu'on fait et qu'on sent qu'on n'est pas la hauteur. Je me sentais nulle. J'avais peur d'échouer malgré mes efforts et de ne pas savoir quoi faire de ma vieille carcasse plus tard. J'avais pourtant bien tissé ma toile petit à petit, l'agrandissant au mieux mais elle me semblait s'effiler.

Puis j'ai décidé de m'exprimer davantage sur les réseaux, de commencer à voir comment était la communauté sur Twitter dans l'espoir de glaner des conseils. Je ne voulais pas baisser les bras. Alors j'ai commencé à écrire, à me montrer, à parler des idées que j'avais et j'ai eu la bonne surprise de voir une belle communauté de dev dans laquelle je me suis sentie à ma place.

Un beau jour, pourtant, une personne s'est sentie l'obligation de m'envoyer un message négatif via le formulaire de contact de mon portfolio. Dans notre parcours de reconverti, on croise aussi des personnes comme ça qui se font un plaisir de descendre les gens sans les connaître par mépris et méchanceté gratuite. Le message disait ceci:

Bnojour je suis tomber sur votre portfolio via twitter. je pense que vous êtes encore en cours d'apprentissage je pense qu'avant de proposé des prestation vous devriez déjà maitriser les outils que vous utilisez de plus pour un développeur front votre design est pas terrible ( je pese mes mots) votre site date au moins de 2010 et encore. Aller à l'école bosser dans une entreprise apprenez vraiment le métier et la vous pourrez vous prétendre développeur il suffit pas de faire des tutos et sortir d'un centre de formation qui délivre des rncp de bas niveau qui on aucune valeur pour prétendre être développeur cordialement joo dan tae

Ni une ni deux, je l'ai screen et je l'ai partagé sur Twitter. Je ne me suis jamais laissé abattre dans ma vie et ce message n'allait certainement pas me pousser à abandonner quoi que ce soit. J'ai eu un soutien comme jamais de la part de la communauté. D'ailleurs je ne remercierai jamais assez toutes ces personnes qui sont venues laisser un message pour me soutenir, m'ont suivi et m'ont donné une visibilité ensuite. Je garde encore ce message parce que cette personne haineuse, sans le savoir, m'a offert le tremplin dont j'avais tant besoin pour enfin évoluer dans le dev et espérer en vivre professionnellement.

En juin 2022, grâce à cette communauté si solidaire, je me suis donnée le courage de faire mon premier hackathon, de communiquer sur mes difficultés, mes échecs et mes victoires que je continue de partager au mieux aujourd'hui. J'ai eu le courage de me lancer dans des petits concours autour du dev, j'ai pu avoir la chance, grâce à la générosité de certains devs, d'assister sur Paris aux conférences proposés par l'AFUP en novembre 2022. Pour la première fois depuis longtemps j'ai rencontré des personnes avec lesquelles j'ai passé de très bons moments.

En juillet 2022, j'ai fini par me faire une raison et de me dire qu'il allait falloir que je me fasse une vraie expérience solide en entreprise. J'ai donc lancé une bouée à la mer pour trouver un job en laissant un message sur Twitter. J'ai été surprise de tous les échanges que j'ai eu suite à cela. Beaucoup de personnes ont pris le temps de me donner une chance, de m'écouter ou même de juste me donner quelques conseils. Je n'avais pas vécu une aussi forte solidarité avant. Bref c'est ainsi que j'ai trouvé une place au sein de mon entreprise actuelle. Je suis maintenant toujours en CDI avec l'autorisation d'avoir mon freelance à côté.

Les devs, vous m'avez donné une force sans pareil. À toutes les personnes qui ont pris le temps de partager, de conseiller, d'écouter, un immense merci à vous toutes. Continuez à donner de la force et je souhaite à mon tour donner à d'autres ce qui m'a été offert. Votre gentillesse, vos cinq minutes que vous accordez à une personne pour l'aider peuvent à jamais changer sa vie.

Ce blog sera notre blog. Je le lance donc avec ce premier jet, ce petit bout de mon histoire qui j'espère sera comme une lueur d'espoir pour les personnes qui en ont besoin. J'espère pouvoir y intégrer de nombreux autres témoignages et que nous pourrons nous donner de la force mutuellement.

Tissons cette toile ensemble ! Après tout cette toile que j'ai tissé n'est pas que la mienne.

La DevdelaToile